Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 15:59

lefigaro-logo.jpgPar Angélique Négroni       

INFO LE FIGARO - Tournés vers le développement personnel, ils sont suspectés de dérives sectaires selon la Mission de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

Entre 1200 et 1500 organismes de formation professionnelle tournés vers le développement personnel sont aujourd'hui suspectés de dérives sectaires, selon Georges Fenech, qui préside la Miviludes, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

Cette infiltration des sectes dans le domaine de la formation professionnelle est désormais devenue une préoccupation des pouvoirs publics. Pour preuve ce colloque organisé jeudi par le Ministère de l'apprentissage et de la formation professionnelle avec le soutien de la Miviludes.

À cette occasion, cette dernière présentera un guide nouveau consacré à ce thème et intitulé «savoir déceler les dérives sectaires dans la formation professionnelle». «Un ouvrage qui est destiné aux DRH, aux responsables d'entreprises, aux organismes qui se chargent de la formation professionnelle, aux employés et aussi aux chômeurs qui cherchent à faire une reconversion dans ce secteur afin qu'ils ne tombent pas entre de mauvaises mains», indique Georges Fenech.

7 milliards d'euros de chiffre d'affaires

Selon la ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle, Nadine Morano, les contrôles «pour traquer les sectes» vont être renforcés au sein de ce vaste secteur. En chiffres, la formation professionnelle c'est en effet 50 000 organismes de formation, 7 milliards d'euros de chiffre d'affaires, plus de 11 millions de stagiaires formés chaque année et 750 millions d'heures de formation dispensées.

Un domaine alléchant pour les gourous de tout poil qui ont donc trouvé un porte d'entrée idéale: le développement personnel. Par le biais du coaching, les techniques de management ou encore la gestion du stress, les formations peuvent facilement dériver vers des enseignements suspects. Selon Nadine Morano, les «possibilités de dérives sectaires» se concentrent bien dans «le domaine dit comportemental», qui représente «20 % des organismes de formation».

Pour ces structures à dérive sectaire, qui mettent la main sur la formation professionnelle, l'appât du gain est évident mais pas seulement. Elles s'offrent ainsi le moyen de recruter de nouveaux adeptes et s'assurent également une part d'influence dans l'entreprise ou l'administration.


Fenech: «Dans la formation, il faut créer un label»

Pour lutter contre les dérives sectaires dans l'entreprise, Georges Fenech, président de la Miviludes souhaite la mise en place d'un système de labellisation pour les organismes de formation professionnelle.

Depuis quand la formation professionnelle est-elle devenue la cible des mouvements à caractère sectaire?

Le phénomène existe depuis plusieurs années. Dès 1999, un rapport parlementaire évoquait le problème. La nouveauté est que l'on s'en préoccupe. Il y a tout d'abord eu la loi du 24 novembre 2009 qui a permis un renforcement des possibilités de contrôle et qui a introduit la menace sectaire dans les axes de contrôle. Cette même loi a aussi listé des incompatibilités avec l'activité de formation professionnelle. On y trouve diverses condamnations souvent associées au mouvement sectaire comme l'exercice illégal de la pharmacie ou l'escroquerie. À cette loi, s'ajoute aujourd'hui une volonté gouvernementale de prendre le problème à bras le corps. Le colloque organisé, ce jeudi, en est une illustration.

Faut-il aller plus loin pour protéger la formation professionnelle des sectes?

La Miviludes a passé des conventions avec divers organismes. Parmi eux, la délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle afin de mettre en place de nouveaux axes de contrôle. En avril prochain et afin de mieux lutter contre les dérives sectaires, les inspecteurs du travail, spécialisés dans le contrôle des organismes de formation professionnelle, vont commencer à être formés sur deux jours par la Miviludes. Une convention a été passée avec la direction générale du travail pour tout ce qui touche au travail dissimulé, à l'usage de faux statuts dans ce domaine. Également, nous avons travaillé avec la direction générale de la santé pour monter un groupe d'appui technique chargé d'évaluer l'efficacité des pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique.

Comptez-vous faire de nouvelles propositions pour renforcer les contrôles?

Pour plus de clarté, pourquoi ne pas mettre en place un système de labellisation géré par les organismes de contrôle, les offices professionnels de qualification des organismes de formation. La mise en place de ce label, devrait naturellement s'accompagner d'une harmonisation des normes de sélection, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Il faut assurément tendre vers davantage de contrôle. Il faut aussi que l'État se dote de moyens pour recouvrer les sommes versées à un organisme dès lors que les contrôles révèlent par la suite que le contenu de la formation est inopérant.

Que peut faire aujourd'hui une entreprise qui soupçonne un organisme de dérive sectaire?

Elle peut notamment aller sur le nouveau site de la Miviludes, accessible dès aujourd'hui. Chacun peut y poser ses questions et obtenir une réponse

Partager cet article

Repost 0
Published by MANEGERE - dans FORMATION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MANEGERE
  • Le blog de MANEGERE
  • : Nos réflexions, notre vision, nos expériences à partager sur le conseil en management de la performance.
  • Contact

Bibliographie

De la performance à l'excellence     Techniques de vente persuasive : Outils et méthodes

 

 

Recherche