Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 11:15

Selon une enquête récente de SD Worx auprès de 2400 travailleurs, 64% des personnes interrogées affirment ne pas avoir besoin d'un dirigeant pour exercer correctement leur fonction. Elles sont à peu près aussi nombreuses à estimer que la compétence du leadership peut être acquise et développée par tout un chacun. Mieux encore : 43% des sondés indiquent que leur dirigeant n'a aucune influence sur leur manière de fonctionner.

“Les termes ‘leadership’ et ‘dirigeant’ ont aujourd’hui une tout autre signification”, explique Lorenzo Andolfi, chercheur en RH. “Il y a dix ans, de nombreuses entreprises étaient encore structurées de façon hiérarchique. Le manager était littéralement ‘le patron’ au travail, et son rôle était de contrôler si ses travailleurs effectuaient correctement leurs tâches. En cas de problèmes, la responsabilité de les résoudre lui incombait exclusivement. Dans le nouveau monde du travail, ce stéréotype appartient de plus en plus au passé.”

“Cela est dû principalement au passage d’une économie de production à une économie de la connaissance. Plus que l’aptitude à simplement reproduire, la capacité à créer, innover et réfléchir de manière autonome constitue désormais la véritable richesse d’une entreprise. Un autre facteur déterminant est le changement des mentalités. La notion de ‘travail’ a, de nos jours, une acception totalement différente. Aujourd’hui, il n’est plus question de travailler dans le seul but de survivre. Désormais, les gens veulent un travail qui les intéresse, les stimule et les passionne. Un travail qui leur permette de s’épanouir et d’évoluer.”

Cette évolution est en adéquation parfaite avec le concept de nouveau travail, le ‘Future of Work’ ou NWOW, lequel tend vers une culture du travail totalement différente qui fait la part belle à l’autonomie, l’autogestion et la responsabilité de l’individu. En outre, il existe également plus de marge pour la collaboration.

Tout ceci n’est évidemment pas sans conséquences pour les dirigeants et les managers. “Dans le nouveau monde du travail, le leadership va de plus en plus s’orienter vers l’humain”, nous dit Lorenzo Andolfi. “Actuellement, les dirigeants accompagnent leurs collaborateurs et leurs équipes, de manière à ce qu’ils puissent être autonomes le plus rapidement possible. Dans le nouveau travail, les priorités se déplacent : plutôt que de simplement contrôler et diriger, le manager moderne doit être capable de déléguer et faire confiance. Désormais, un dirigeant doit faire figure de facilitateur ou de coordinateur, c’est-à-dire être capable d’optimiser les relations et la collaboration entre employés dans l’entreprise. Il doit en outre être un mentor.”

Une théorie une nouvelle fois étayée par les statistiques. Dans cette même enquête de SD Worx, les personnes interrogées ont été amenées à se prononcer sur les qualités que doit posséder un manager moderne. Les résultats figurent dans le tableau suivant :

statistiques.jpg

 

L’ancien rôle de ‘contrôleur’ semble désuet et est de plus en plus souvent remplacé par celui de ‘stimulateur’, ‘mentor’ et ‘coordinateur’.

“Ces chiffres concordent parfaitement avec nos constatations sur l’utilité du leadership”, explique Lorenzo Andolfi. “Ils indiquent sans ambiguïté pourquoi tant de travailleurs déclarent ne plus avoir besoin d’être dirigés. Le rôle de ‘contrôleur’ n’est plus adapté à un environnement de travail où les collaborateurs visent une carrière leur permettant de décider du contenu des tâches à accomplir et de déterminer de quelle la manière, en quel lieu et à quel moment ils comptent les effectuer.”

Conclusion

On est encore loin de pouvoir se passer de dirigeants. Ces derniers devront toutefois revoir fondamentalement leur copie s’ils espèrent faire adhérer leurs collaborateurs à l’aventure du nouveau travail. Il faut qu’ils trouvent un équilibre entre la direction et l’autonomie accordée, avec pour objectif ultime l’autogestion, une culture où chaque travailleur prend en charge individuellement son propre leadership, avant de le transmettre à l’ensemble de son équipe.

Source : SD WORX

Partager cet article

Repost 0
Published by MANEGERE - dans MANAGEMENT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de MANEGERE
  • Le blog de MANEGERE
  • : Nos réflexions, notre vision, nos expériences à partager sur le conseil en management de la performance.
  • Contact

Bibliographie

De la performance à l'excellence     Techniques de vente persuasive : Outils et méthodes

 

 

Recherche