Mardi 3 juillet 2 03 /07 /Juil 15:52

shutterstock_21819328.jpg 

 

Vous dîtes souvent « oui » alors que vous voudriez dire « non » !

 

Soyez rassurés, cela nous arrive à tous, bien plus souvent que nous ne l’admettons. Mais d’où vient cet état de fait, pourquoi dire le contraire de ce que l’on pense, que se passe-t-il après ce « oui » qui engage ?

 

 

Avant tout, il s’agit de comprendre pourquoi nous agissons ainsi. On peut retenir 3 causes à cet état de fait :

-       L’affectif

-       La crainte de l’Autorité

-       La pression du groupe

 

L’affectif :

Il nous arrive de savoir dire non, à certaines personnes et dans certaines situations, mais pas dans d’autres. Le premier facteur est ainsi lié aux individus avec lesquels nous entretenons une relation, laquelle repose sur la communication.

Ainsi, la première raison qui nous empêche de dire non, c’est que nous ne voulons pas, souvent inconsciemment, faire de peine à l’autre. Par peur de déclencher une dispute, une demande d’explications, par peur de blesser sentimentalement, nous préférons donc dire oui.

« Je ne veux pas faire de mal à mon épouse qui veut aller au cinéma, alors que j’aurais préféré rester tranquillement à la maison. Mais je n’ai pas eu le courage de lui dire ! »

Voilà qui est fréquent avec les proches, et le risque est grand de voir l’autre opposer un chantage affectif « si tu m’aimais, tu…. » ! À terme, un tel comportement dans une relation amoureuse doit être corrigé, au risque de tomber dans un véritable déséquilibre qui provoquera tristesse, ennui, routine, … colère…

La crainte de l’Autorité :

La seconde raison est liée à la crainte de l’autorité. Plutôt que de rentrer en confrontation avec mon supérieur hiérarchique, je préfère dire oui à ses demandes, au risque d’accepter une surcharge de travail qui va m’obliger à bâcler pour gérer mon temps.

« J’ai ce dossier très important et très urgent, et tu connais parfaitement ce domaine. Veux-tu le travailler pour cet après-midi 16h, j’ai promis au client un retour avant 16h30. » Travaillant sur un de mes dossiers plus urgent pour moi, je ne veux pas la confrontation, et par crainte de ce que va penser mon supérieur, je lui dis oui, et donc je me dis non ! En effet, chacun a sa propre vision des choses au point d’ignorer celle des autres ou/et de ne pas la comprendre.

Dire oui à l’autre lorsque l’on voudrait dire non revient donc à se dire non à soi même. Les conséquences d’une telle attitude sont donc mauvaises pour soi, mais également pour l’autre. Les dossiers seront probablement mal finalisés, voire même bâclés et donc rejetés par les clients.

La pression du groupe :

La troisième raison peut être liée à ce que l’on peut appeler la pression du groupe. « J’avais pas tellement envie d’aller à cette soirée, mais j’y suis allé ».

Cette pression peut être due au manque d’autonomie (dépendance d’une autre personne pour le transport), à sa propre motivation (je sais pas vraiment, j’ai à la fois envie et pas envie d’y aller), et aussi à la peur de l’image que les autres vont avoir de soi (sortir du lot en disant non, avec la peur d’être jugé).

Alors, que faire ?

Ces raisons auront donc des conséquences, en particulier sur la relation. En effet, répondre par oui, c’est prendre l’engagement de faire quelque chose en respectant sa parole. Le fait de ne pas faire ce à quoi on s’est engagé aura donc des répercutions plus néfastes.

Il n’y a pas de recette « miracle ».

Pour autant, apprendre à dire non est possible.

En premier lieu, imaginez autant que possible les conséquences positives et négatives pour vous et pour l’interlocuteur. Accepter de livrer un dossier dans un temps trop court amène à être débordé, à ne plus pouvoir gérer son temps et donc à bâcler le travail. A contrario, gérer son temps permet d’anticiper pour régler des dossiers importants en respectant la dead-line. Les clients en question apprécieront plus encore votre respect de la parole donnée.

En second lieu, il sera important d’argumenter la réponse négative. On appelle cela l’assertivité. Du verbe anglais « to assert » : faire valoir ses droits.

Ainsi, « to assert oneself » signifie « s’imposer, s’affirmer sans culpabiliser ». Nous savons que dans une relation, l’empathie est importante. Alors, pratiquons à la fois l’empathie et l’assertivité : dire oui à la personne, dire non à sa demande.

« Je comprends que ce dossier soit important pour toi, et je te remercie de penser à moi. Je ne peux le faire dans l’immédiat car j’ai promis à mon client une réponse ce jour, avant 15h. Je travaillerai donc sur ton dossier après 15h et te le transmets demain avant 12h ».

L’important est donc d’argumenter sa réponse, afin de ne pas tomber dans la justification qui sera mal vécue « en fait, tu pourrais le faire, mais tu ne veux pas ! ». Proposer donc une alternative permet de ne pas clore la discussion, et donc de ne pas casser la relation. Il en est de même avec le non catégorique. Dire non fermement mais sans agressivité, en argumentant pour expliquer le pourquoi du non.

Une autre question à se poser : puis-je dire « non » en toute objectivité ?

Il est donc nécessaire de prendre son temps, de ne pas se précipiter et d’analyser la situation, afin de prendre la bonne décision quant à la réponse à apporter entre le « Oui » et le « Non ». la solution peut aussi consister à contourner la difficulté, en proposant une autre alternative, comme nous l’avons noté plus haut. Pour autant, il ne s’agit pas de tomber dans l’excès inverse qui consiste à refuser systématiquement par « esprit de contradiction » ou en étant agressif.

Le « Non » doit donc favoriser l’échange, les désaccords et accords possibles allant dans le sens de la communication.

Un bon exercice peut être de s’entrainer à dire non au quotidien avec des personnes proches, sur des demandes peu importantes ni impliquantes, selon ce que vous pouvez ou voulez faire. Comme tout entrainement, l’envie de recommencer est de plus en plus forte, sur des situations de plus en plus marquées.

Alors, « ready to assert oneself »!!

 

Patrice MANGEOT et l’équipe MANE GERE

Par MANEGERE - Publié dans : RESOLUTIONS 2012
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Bibliographie

De la performance à l'excellence     Techniques de vente persuasive : Outils et méthodes

 

 

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés